Les gares routières

Dans le cadre de ses politiques en faveur de l’amélioration de l’intermodalité dans les pôles d’échanges, le STIF a élaboré un Schéma Directeur des gares routières, approuvé par son Conseil en mai 2009.

Il définit les principes de la politique régionale en faveur de ces équipements, notamment les niveaux de services à atteindre, les modalités de financement des projets et le rôle des acteurs concernés (propriétaire, exploitant de la gare routière, exploitants des réseaux de bus).

La politique régionale des gares routières doit permettre :

  • d’améliorer la qualité de service des gares routières pour qu’elles atteignent, au minimum, un niveau standard. Un référentiel de qualité de service a été défini à cette fin,
  • de contribuer à la réalisation de l’objectif de mise en accessibilité des réseaux de bus franciliens pour les personnes à mobilité réduite,
  • de favoriser l’insertion urbaine de ces ouvrages.

Le Schéma Directeur des gares routières clarifie le rôle des acteurs et reconnaît le propriétaire des gares routières comme l’acteur-clé responsable de l’aménagement. Il peut ensuite assurer directement – ou faire assurer par un tiers – l’exploitation de l’ouvrage.

Le dispositif d’intervention du STIF est redéfini en conséquence et permet :

  • de mettre en place un référentiel de qualité de service pour les voyageurs,
  • de soutenir financièrement les propriétaires des gares routières
  • de lier investissement et gestion par une convention entre le STIF et le propriétaire de la gare routière, afin d’assurer la pérennité des ouvrages réalisés.

Le propriétaire de l’ouvrage s’engage à mettre en place le niveau de qualité de service requis lors de la réalisation des travaux et à le maintenir pendant la durée de l’exploitation prévue par la convention avec le STIF. Cette convention prévoit aussi le versement d’un bonus annuel au propriétaire de l’ouvrage quand chacun des objectifs du référentiel est respecté.

Pour en savoir plus :